Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 06 mai 2014

Cine, libros, DVD...

 
 
1) Melaza, Carlos Lechuga (2012): Sortie en salle le 16 avril
 
Monica et Aldo vivent à Melaza, un village cubain, où ils mènent une vie des plus modestes. Le village qui vivait de la canne à sucre est menacé car l'usine a fermé et tout le monde doit "se débrouiller". Monica est gardienne de l’usine désaffectée de rhum et Aldo est instituteur. Le soir venu, ils louent leur maison à Marquez, un mari infidèle et partent en promenade sur le Malecón.  Mais la Police découvre la manoeuvre et leur inflige une amende  qui met en péril la survie de la famille… A travers cette histoire, le réalisateur dépeint Cuba et la lutte quotidienne pour survivre mais avec tendresse et un humour frais.
 
 
2) Alex de la Iglesia: La passion de tourner (Entretiens avec Jesús Angulo & Antonio Santamarina, Traduit de l'espagnol par Françoise Garnier, Editions Rouge Profond, 2014)
 
D'action mutante (1992) à Les sorcières de Zugarramurdi (2013) en passant par Mes chers voisins (2000), Le Crime farpait (2004) etBalada triste (2010) (et un long etc.), Alex de la Iglesia offre dans chacun de ses films un univers unique où il mélangee les genres assumant avec son humour décapant son amour pour l'horreur. Cinéphile hors pair, amateur de bandes dessinnées, le cinéaste basque possède aussi une solide culture littéraire, qui nourrit ses films et sa vision sur l'Espagne contemporaine. Ce livre nous permet d'avoir une conversation avec lui, de découvrir ses inspirations et de décortiquer ses films... tout en ayant la sensation d'avoir partagé un moment amical.
 
 
3) No tengas miedo, Montxo Armendariz (2010): Sortie du DVD le 28 avril 2014
 
A Pampelune, dans le nord de l'Espagne, Sylvia porte en elle un lourd secret qui a brisé son enfance. Ses proches n’ont pas vu sa détresse ou peut-être ont-ils préféré ne pas la voir… À 25 ans, elle décide d’affronter son douloureux passé et les êtres qui y sont liés. Sur le chemin de cette reconstruction, elle va apprendre à dominer ses émotions, ses peurs et accéder enfin à l’estime de Soi. Ce film évite les clichés et aborde avec finesse et sobriété un grand tabou qui touche toutes les strates de la société.
 
 
 
4) Deux documentaires de la réalisatrice de L'été des passions, Marcela Said, disponibles en DVD qui nous permettent de mieux comprendre la dictature chilienne et ses conséquences sur le présent...
 
Opus Dei, une croisade silencieuse (2005): Dans la tradition des documentaires qui analysent ou dénoncent une situation par la méthode du « journalisme d'investigation », Marcela Said Cares et Jean de Certeau parviennent à proposer un panorama critique de l'OPUS DEI au Chili.
 
El Mocito (2010): Adolescent, Jorgelino était mocito (domestique en espagnol) de la DINA (Direction Générale des Renseignements) dans les centres de torture. Détruit par son passé, il demande à l'Etat chilien de l'indemniser pour l'avoir utilisé pendant la dictature. Un portrait d'homme ambiguë et perdu.
 

Les commentaires sont fermés.